Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 09:36

        Autant le genre Pyrgus est facilement identifiable, autant les espèces à distinguer sont beaucoup plus problèmatiques, au point qu'il est impossible de nommer un individu isolé sur la seule base de photographies. Le paroxisme est poussé jusqu'à l'analyse des collections d'entomologistes ayant révélée que certains papillons ont été identifiés par erreur. Les collectionneurs se sont basés sur les critères externes (particulièrement les formules alaires) alors que la dissection des organes copulatoires des mâles (qui est - quasi - obligatoire) a prouvé leur appartenance à une autre espèce.

 

Le 26 juin 2010, une prospection dans la commune du Douhet, en Charente maritime, m'a permis de rencontrer un Pyrgus dont les critères externes correspondent à l'Hespérie de l'alchémille Pyrgus serratulae.

 

 

Hespérie de l'alchémille

Le Douhet - 17   26.06.2010

 

        Voici un papillon à la "robe" verte pictée de taches blanches (comme tous les Pyrgus). Similitudes dans les couleurs, l'apparence et le milieu : elle fréquente également les côteaux calcaires, prairies fleuries et à la même écologie que la plupart de ses cousines.

Sa période de vol se situe dans la tranche où évoluent le plus grand nombre d'hespéries, de mai à août. Elle ne constitue donc pas un critère d'identification fiable de l'espèce.

 

Ce recto est assez classique et ne constitue pas un élément déterminant, même si la livrée de l'aile postérieure est dépouvue de taches. Qu'on se le dise, chez beaucoup de papillons, le verso des ailes  (particulièrement l'aile postérieure) apportent un maximum de critères pour une identification (quasi) certaine. Et bien évidemment, c'est la partie la plus difficile à photographier chez ces petits insectes.

 

L'individu présenté est une femelle : son abdomen se termine en pointe alors que le mâle présente une extrémité plus évasée. 

 

Hespérie de l'alchémille

Le Douhet - 17   26.06.2010

 

       Par chance, elle recherchait un perchoir pour passer la nuit et la voici posée sur une graminée.

Le verso montre des caractères conformes à serratulae : la couleur de fond est jaune verdâtre uni, la tâche centrale est rectangulaire (certes échancrée sur le côté droit, comme nombre d'individus de l'espèce), une tâche arquée près de l'angle anal et surtout, la tache ovale près de la cote, indiquée dans plusieurs guides d'indentification des lépidoptères (Tristan Lafranchis, Tom Tolman et Richard Lewington) comme une marque caractéristique de l'espèce.

 

Sa chenille évolue sur des rosacées : Potentilla sp, Alchémille.

 

L'Hespérie de l'alchémille est considérée en déclin et rare dans l'Ouest de le France. Plus commune - même abondante - en montagne, elle suit l'évolution d'autres papillons (voire des oiseaux, mammifères...) qui, pour échapper à la pression humaine, se retranchent en altitude.

 

La difficulté d'identification et l'incertitude des critères spécifiques de l'espèce constituent également une grande difficulté pour apprécier réellement sa répartition et son abondance française.

 

Partager cet article

Repost0

Bienvenue !

  • : Complètement Fadet !
  • : Ouvrez l'oeil naturaliste ! Hirondelles, Coucou gris, Huppe fasciée ?? Oui !!! c'est le printemps !
  • Contact

Mes photos et les copyrights

Contrat Creative Commons
Complètement Fadet ! par David NEAU est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basé(e) sur une oeuvre à www.completementfadet.over-blog.fr.

 

Si vous souhaitez utiliser une (des) photo(s) et/ou un (des) texte(s) de ce blog, je vous remercie de m'adresser votre demande par courriel : david.neau@gmail.com

Papill'orchidées